dimanche 17 juin 2012

Le Quadra Génère ses propres angoisses

Tu es un lecteur. Tu aimes bien lire des histoires. T’évader. Ça t’arrive même de mater des émissions littéraires à la télévision, peut-être pour trouver une ressemblance entre la vie de l’auteur et la tienne. Mais être écrivain, c’est pas normal. C’est pas dans la norme, je veux dire. La norme, c’est l’illusion qu’on peut être heureux, qu’on peut connaître l’apaisement, qu’on n’est pas soumis à des diktats. Être heureux. Bander. Partager des moments avec quelqu’un. Ben, là, t’en as deux, d’écrivains. T’en as un qui ressent la fatalité de la plume, de l’œil qui mate et qui transforme la réalité par l’écriture. Et puis, t’en as un autre qui ne se ment pas, qui n’accepte pas l’illusion de la normalité. N’écoute pas ce qu’on dit de la vie privée des écrivains. Elle est pas simple, jamais, pas gaie, pas fluide. Les aspérités de la plume viennent te coller des orties là où tu voudrais de la simplicité, de la norme. Alors, éteins ton poste, ami lecteur, et lis ça. Tu en ressortiras différent. Tu verras ta norme différemment. Ça ne pourra que te faire du bien. Parce que mieux vaut être franc avec soi-même que se mentir et vivre dans l’illusion. C’est ça qu’elle apporte la littérature. Le 
décalage. La différence. L’anormalité. Bienvenue en Anormalie.


http://www.edicool.com/Store/Ebook/3251-Le-QUADRA-g.html

http://www.edicool.com/Store/Ebook/3251-Le-QUADRA-g.html